Sylvie Guillaume — Quelles singularités ?

Sylvie Guillaume, professeure émérite de l'université de Bordeaux. Photo Eva Avril.

Par Clément Barraud

Pour Sylvie Guillaume, professeure émérite à l’université de Bordeaux, le colloque de l’université de Poitiers sur François Mitterrand et les territoires amène une question majeure : « Qu’est-ce qui fait la singularité de François Mitterrand dans le cadre du thème sur les territoires ? Tous les hommes politiques, en particulier les Présidents de la République, ont eu leur roche de Solutré, leur lieu de prédilection (Colombey-les-Deux-Églises pour De Gaulle, Montboudif pour Pompidou…). Tous ont également façonné leur identité, et l’ancrage local favorise une carrière politique. »

Mais selon Sylvie Guillaume, « François Mitterrand a un rapport au territoire marqué par l’émotion, matérialisé par la pratique politique (la décentralisation), mais aussi sous un angle charnel, avec le vécu intime à Latche par exemple. Ces territoires ont servi à construire une image particulière de ce personnage. On pourrait imaginer des colloques sur le rapport d’autres présidents aux territoires, mais il n’est pas sûr que l’on retrouverait la même singularité, le même rapport intimiste d’une personnalité politique à ces territoires… »

Autant de thèmes de réflexion que Sylvie Guillaume doit développer en conclusion des actes du colloque sur François Mitterrand et les territoires, à paraître fin 2017.

This post is a part 22 of François Mitterrand et les territoires post series.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.