Jeanne Riveron – photos du château d’Oiron

Jeanne Riveron, le crocodile de l’église d'Oiron.

Par Gré­go­ry Vouhé

Jeanne Riveron est née le 15 sep­tem­bre 1888 à Oiron au domi­cile de son grand-père Auguste Dubois. Son père, Louis Camille, est alors âgé de 51 ans ; il est chef de batail­lon au 135e RI, cheva­lier de la Légion d’honneur. Sa mère, Marie Valérie Juli­ette Dubois, âgée de 29 ans, est sans pro­fes­sion. Ils habitent ensem­ble à Angers. Les témoins de sa nais­sance sont Auguste Dubois, aïeul mater­nel, 60 ans, pro­prié­taire, demeu­rant au bourg d’Oiron et Hen­ri Dubois, oncle mater­nel, 58 ans, aus­si pro­prié­taire, demeu­rant pareille­ment à Oiron. Elle s’est mar­iée le 31 jan­vi­er 1911 à Angers avec Augustin Félix Rigaud. Elle est décédée à Thouars le 2 mars 1973.

Jeanne pra­tique la pho­togra­phie dans sa jeunesse, à l’époque où son oncle mater­nel, Noël Dubois (1866–1932), est maire d’Oiron (1904–1918). Aujourd’hui âgée de 97 ans, sa fille se sou­vient que Jeanne a reçu son appareil pho­to (per­du, hélas) à 18 ans, pour son brevet. Ses pre­miers clichés remon­tent donc à 1906. Elle en effectue elle-même les tirages. Jeanne pho­togra­phie les siens – par­fois déguisés –, les ani­maux de la ferme, en par­ti­c­uli­er les vach­es, le château et l’église d’Oiron. Deux pho­tos de décors du château sont datées d’août 1912.

Les pho­tos de Jeanne Riveron comptent par­mi les plus anci­ennes con­nues des intérieurs du château. Autour de 1884, Jules Robu­chon (1840–1922) avait pris une vue de l’extrémité de la galerie Renais­sance, et une plus rap­prochée de la chem­inée, tan­dis que Médéric Mieuse­ment (1840–1905) en réal­i­sait une autre pour l’administration des Beaux-Arts, accom­pa­g­née de cinq pho­tos de l’appartement du roi, repro­duites en 1906 par Hen­ri Clouzot dans la Revue de l’Art, et encore par Mau­rice Dumolin en 1931 dans sa mono­gra­phie du château : il n’y avait pas d’autres clichés disponibles au ser­vice des archives pho­tographiques. Ceux de Georges Estève (1890–1975) et d’Emmanuel-Louis Mas (1891-après 1956) sont plus tardifs. C’est dire l’intérêt doc­u­men­taire excep­tion­nel de la douzaine de pho­tos de Jeanne Riveron : chem­inée de la galerie, pla­fond de la cham­bre du roi, mar­iés dans le vestibule du château, toits du pavil­lon des Trophées, dont on ne con­naît pas d’équivalent (L’Actualité n° 119). Out­re deux vues des tombeaux, elle a égale­ment fait une pho­to du croc­o­dile de l’église, vis­i­ble à l’arrière-plan d’une carte postale Dan­do-Berry, Loudun, dont l’édition est à peu près con­tem­po­raine1.

 

1. Grand mer­ci et pen­sées affectueuses à Madeleine Rigaud pour le prêt des clichés de sa mère en vue de leur numéri­sa­tion, ami­cale­ment réal­isée par Olivi­er Neuil­lé et Chris­t­ian Vig­naud, ain­si qu’à Chris­tiane Babin, maire d’Oiron, et à Rose­line de Saint-Ours, archiviste, pour la recherche d’éléments biographiques.

 

Jeanne Riveron, le château d’Oiron et son avant-cour plan­tée de cèdres, 8,1 x 5,6 cm.

 

Jeanne Riveron, sur les toits du pavil­lon des Trophées, 9 x 6,5 cm.

 

Jeanne Riveron, devant la chem­inée de la galerie peinte, 9 x 6,5 cm.

 

Jeanne Riveron, mar­iés dans le vestibule du château, 9 x 6 cm.

 

Jeanne Riveron, tombeau d’Artus Gouffi­er et orgue de l’église, 9,1 x 6,5 cm.

 

Jeanne Riveron, tombeau de Philippe de Mont­moren­cy, 9,1 x 6,5 cm.

 

Jeanne Riveron, le château du côté de la plaine, 6,7 x 9 cm.

 

Jeanne Riveron, « Oiron – pla­fond de la cham­bre [du roi dite] de Louis XIV. 27 mai 1912 », 10,3 x 8 cm.

Jeanne Riveron, anno­ta­tion au ver­so : « Oiron – pla­fond de la cham­bre de Louis XIV. 27 mai 1912 ».

 

Jeanne Riveron, « Oiron – chem­inée de la salle des gardes. Août 1912 », 10,5 x 8 cm.

 

Jeanne Riveron, cour d’honneur du château, 12,9 x 9 cm.

 

Jeanne Riveron, le château d’Oiron, 9 x 12,9 cm.

 

Jeanne Riveron, le croc­o­dile de l’église, 13 x 9,2 cm.

 

Sur le château d’Oiron et les tombeaux

« De retour à Oiron », L’Actualité Nou­velle-Aquitaine n° 119, hiv­er 2018, p. 56–59.

« Le recueil du duc d’Antin », L’Actualité Poitou-Char­entes n° 110, automne 2015, p. 26–29.

« Tombeaux de mar­bre des La Tré­moïlle et des Gouffi­er », L’Actualité Poitou-Char­entes n° 107, hiv­er 2015, p. 46–47.

« Les Méta­mor­phoses au pla­fond du château d’Oiron », L’Actualité Poitou-Char­entes n° 106, automne 2014, p. 39.

« Oiron. La cham­bre du Roi », L’Actualité Poitou-Char­entes n° 102, automne 2013, p. 22–25.

« L’orange cul­tivée au Grand Siè­cle », L’Actualité Poitou-Char­entes n° 93, juil­let-sep­tem­bre 2011, p. 45.

« Oiron. Un vis­age retrou­vé », L’Actualité Poitou-Char­entes n° 87, jan­vi­er-mars 2010, p. 46–47.

« Oiron. La galerie restau­rée », L’Actualité Poitou-Char­entes n° 86, octo­bre-décem­bre 2009, p.40–41.

« Madame de Mon­tes­pan à Oiron », L’Actualité Poitou-Char­entes n° 78, octo­bre-décem­bre 2007, p. 40–42.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*