Entretien avec Frédéric Chauvaud

Portrait Frédéric Chauvaud

Frédéric Chauvaud, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Poitiers et auteur de nombreux ouvrages, parle de l’importance du fait divers d’un point de vue des sciences sociales. Il explique comment l’instrumentalisation d’un crime peut modifier les comportements d’une société et rappelle que la compréhension du fait divers nécessite la collaboration de plusieurs disciplines, comme l’histoire, l’ethnologie ou la psychiatrie. Le fait divers nourrit l’imaginaire [3,38min]. La production de films, feuilletons et séries inspirés de faits divers permettent un éclairage particulier pour comprendre « une personne, une famille, un groupe, une société, une époque » [5,34min]. Frédéric Chauvaud prend l’exemple de l’affaire Violette Nozière, qui permet de comprendre la société d’après-guerre, dans laquelle la jeunesse a du mal à se faire entendre. Il évoque quelques affaires qui l’ont particulièrement marqué et dont il a préféré abandonner l’étude, notamment les violences à l’égard des enfants [7,20min].

 

 

This post is a part 6 of Le crime parfait n’existe pas post series.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.