Les villas royannaises, éclectisme architectural

La villa "L’Aronde" à Ronce-les-bains, 1950 - 1952

Par Juliette Herbaut
Photographies par Yann Werdefroy

Ce ne sont pas moins de 108 villas du pays Royannais que présentent Charlotte de Charette et Yann Werdefroy dans Villas du pays Royannais — Côte de beauté, presqu’île d’Arvert, deux passionnés d’architecture. Elle est responsable du service du patrimoine de la Ville de Royan et également docteure en histoire de l’art ; lui est auteur mais aussi photographe pour des maisons d’éditions. Tous deux amoureux du patrimoine du Royannais, ils signent leur deuxième livre aux éditions La Geste. Le premier était consacré à l’architecture des villas royannaises ; le deuxième explore davantage le territoire et étend ses perspectives aux propriétés de la côte charentaise avec l’étude de sept communes : Meschers-sur-Gironde, Saint-Georges-de-Didonne, Royan, Vaux-sur-Mer, Saint-Palais-sur-Mer, La Palmyre et Ronce-les-Bains.

Les villas Émeraude et Rubis à Saint-Palais-sur-Mer, 1975

Cet ouvrage montre à quel point le panorama architectural de la région est hétéroclite : les côtes ont beaucoup changé depuis le milieu du xix siècle. Elles ont été, non seulement marquées par l’installation de nombreux touristes qui cherchent « un antidote aux maux de la ville industrielle », mais aussi par les bombardements de 1945 qui ont ravagé certaines villes et épargné d’autres. Les habitations étudiées sont ainsi toutes différentes : l’Art Nouveau côtoie, avec ses ornementations détaillées et courbées, l’Art Déco et ses volumes géométriques en béton. On retrouve également des influences brésiliennes, plus chamarrées et ouvertes vers la vie en extérieur ou encore des inspirations néo-basques, avec des toitures à pans asymétriques et des colombages colorés.

Chaque bâtisse est présentée, datée et commentée. Décrites par Charlotte de Charette dans un vocabulaire architectural complet mais néanmoins simple, le lecteur pourra ainsi porter un regard plus savant sur ces villas. Les photographies de Yann Werdefroy nous montrent l’extérieur des propriétés sous différents angles : façades, portes d’entrées, portails, escaliers ou encore détails de motifs décoratifs. On pourra même retrouver, à de rares occasions, des plans tirés de permis de construire, des images d’archives ou des vues aériennes d’époque.

La villa Bonne-Anse à La Palmyre, 1929

Ainsi, dans Villas du pays Royannais — Côte de beauté, presqu’île d’Arvert, le lecteur part en promenade à la rencontre de remarquables villas. Certaines évoquent de grands noms d’architectes, comme pour Le Sextant imaginé par Le Corbusier, qui « s’inscrit parfaitement dans cette phase de recherches, où il explore un nouveau rapport aux matériaux et aux textures qu’ils engendrent ». D’autres sont plus insolites, comme pour la Bonne-Anse avec son « allure exotique qui lui vaut le surnom de villa russe ou même parfois de villa Schtroumpf ».

Villas du pays Royannais — Côte de beauté, presqu’île d’Arvert de Charlotte de Charette et Yann Werdefroy, Geste éditions, 39,90 €.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.