Cerveau et écriture — Marieke Longcamp

Marieke Longcamp, chercheuse à l’université d’Aix-Marseille (LNC-CNRS), privilégie la technique de l’IRM, imagerie par résonance magnétique, pour observer le fonctionnement du cerveau. Très récente, l’IRM fonctionnelle permet de mesurer le débit sanguin cérébral, c’est-à-dire le niveau d’oxygénation du cerveau, qui reflète l’activité des neurones. Bien qu’elle utilise un champ magnétique très intense, cette technique est non-invasive et n’interfère pas avec le fonctionnement de l’organisme et des tissus.

Malgré la contrainte de la position allongée des participants, qui peut limiter certaines recherches, Marieke Longcamp parvient à étudier l’écriture grâce à l’utilisation d’une tablette spécifique. Créée par Bruno Nazarian, médaille de cristal du CNRS, cette tablette compatible avec l’IRM permet d’enregistrer l’écriture en même temps que le signal cérébral. Grâce à ces technologies, la chercheuse observe les endroits spécifiques du cerveau sollicités au moment de l’écriture et peut également vérifier si la lecture fait appel à ces mêmes zones.

Les données recueillies sont traitées par ordinateur. Parallèlement à l’évolution des technologies d’imagerie, l’augmentation de la puissance des outils informatiques ouvre ainsi de nombreuses possibilités. Marieke Longcamp voit une question philosophique naître derrière cela : à quel point l’outil va-t-il restreindre les questions que l’on se pose ?

Cerveau et écriture — Marieke Longcamp from Espace Mendès France, Poitiers on Vimeo.

This post is a part 2 of Cerveau et écriture post series.
⎘ Next post in the series is Cerveau et écriture — Patrick Bonin.
⎗ Previous post in the series is Cerveau et écriture — Cyril Perret.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.