Grégory Jarry et Otto T. — Les cavales révolutionnaires

Petite histoire de la Révolution française, de Grégory Jarry et Otto T.

« Et si demain on abolis­sait l’État qu’est-ce qui se passerait ? », réponse dans Petite his­toire de la Révo­lu­tion française, une BD de Gré­go­ry Jar­ry et Otto T. chez Flblb.

Par Héloïse Morel

Une calèche croise un TGV. C’est la fuite de Varennes et l’arrivée de Louis XX au pou­voir. L’utopie est totale, le gou­verne­ment a échoué : le prési­dent fuit à Berlin et démis­sionne, tan­dis que les députés de tous bor­ds applaud­is­sent l’arrivée d’un légitimiste, vu comme un homme prov­i­den­tiel. « J’ai pen­sé un change­ment rad­i­cal de sys­tème, une révo­lu­tion qui renonce à la République », affirme Gré­go­ry Jar­ry. Il a imag­iné un pou­voir ren­ver­sé et inver­sé, où les com­munes devi­en­nent plus impor­tantes et cen­trales.

Les cofon­da­teurs des édi­tions Flblb ont déjà pro­duit, depuis six ans, les cinq vol­umes de la Petite his­toire des colonies français­es. Suite au suc­cès ren­con­tré, les deux auteurs pour­suiv­ent avec la Révo­lu­tion française. L’enjeu pour eux étant de pro­duire un tra­vail de vul­gar­i­sa­tion his­torique, sur des péri­odes com­plex­es où les con­nais­sances sont par­fois lacu­naires mais aus­si de pren­dre posi­tion. C’est la rai­son pour laque­lle le texte et l’image occu­pent cha­cun une place dif­férente. « Le dessin creuse, con­tred­it, inter­pelle le texte mais cha­cun par­le de la même chose. »

Fantasme d’historien

Gré­go­ry Jar­ry racon­te la genèse de cette bande dess­inée : « Dans le dessin, j’ai voulu réalis­er le fan­tasme d’un his­to­rien en par­tant du pos­tu­lat que la Révo­lu­tion française pou­vait revenir, se repro­duire autrement dans notre époque. » L’historienne Anne Jol­let, spé­cial­iste de la ques­tion, a relu le texte. Quant au dessin, il per­met de réalis­er une utopie : com­ment la Révo­lu­tion se déroulerait dans notre société ?

« Glob­ale­ment je suis un opti­miste, s’exclame Gré­go­ry Jar­ry, actuelle­ment, il n’y a que des per­spec­tives du pire, tout est ver­rouil­lé alors que non, tout est pos­si­ble si cha­cun reprend du pou­voir. »

Revolution_Flblb_p106

Des bonhommes-patates aux personnages…

Con­cer­nant le dessin, Otto T. a changé la représen­ta­tion des per­son­nages : « J’ai choisi de per­son­ni­fi­er tan­dis que dans la Petite his­toire des colonies français­es, j’avais fait des bon­hommes patates qui étaient plus adap­tés face aux vio­lences des événe­ments décrits. » Le dessi­na­teur détourne des élé­ments de la Révo­lu­tion française. Ain­si, la guil­lo­tine devient élec­tron­ique : l’esprit est dis­so­cié du corps par un ordi­na­teur, le « guil­lot­iné » peut repren­dre pos­ses­sion de son corps et de son esprit « s’il pro­pose de bonnes idées pour amélior­er la vie en société ».

D’après Gré­go­ry Jar­ry, « on délègue tout, on perd du sens à nos vies. Finale­ment on pense que les révoltes et révo­lu­tions sont des échecs et amè­nent la vio­lence. Ce sont ces raisons erronées qui nous reti­en­nent, à mon sens, de faire une révo­lu­tion. C’est parce que nous en avons peur. »

Revolution-Flblb_p100

 

Revolution-Flblb_couvPetite his­toire de la Révo­lu­tion française, BD de Gré­go­ry Jar­ry et Otto T. (184 p., 20 €) chez Flblb, mai­son d’édition sise à Poitiers. Ils ont récem­ment pub­lié en 2015 chez Flblb : Vil­lage tox­ique (128 p., 15 €), La Con­quête de Mars (200 p., 18 €), Petite his­toire des colonies français­es, édi­tion inté­grale (640 p., 28 €).

Nous avons ren­con­tré les auteurs le 20 jan­vi­er 2015 lors de la présen­ta­tion de leur ouvrage à la librairie La Belle Aven­ture à Poitiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*